DANS LA « CITÉ DU GANT DE CUIR », À SAINT JUNIEN EN LIMOUSIN, JOSPEH POURRICHOU,
DIRECTEUR DES PAPETERIES DU LIMOUSIN – ARRIÈRE GRAND PÈRE DE SPHIE GRÉGOIRE,
AUJOURD’HUI À LA BARRE- CRÉE EN 1937 L’ATELIER DE GANTERIE POUR SON FILS LUCIEN.









marie-louise.jpg

Guerre et résistance obligent, la femme de ce dernier, Marie-Louise, en tient vite les rênes de la ganterie. Aimée, respectée, travailleuse impénitente, elle développe et cultive avec finesse et intelligence des liens de confiance avec ses fournisseurs, les mégissiers. Le gant devient désuet ? La bâtisseuse multiplie les commandes et crée, au coeurs de Saint-Junien, une usine moderniste. Agnelle assoit alors son ascension.











josie.jpg

Josie Le Royer, sa fille, séductrice au grand flair, créative et pragmatique, innove et prône, elle aussi, l’ouverture. La sienne. Le défi de la visionnaire: Paris. Elle cueille les maisons de Couture - Christian Dior, Yves Saint Laurent, Landin... et les jeunes créateurs Alaïa, Jean-Paul Gaultier, Thierry Mugler, Claude Montana, Jean Charles de Castelbajac, Emanuel Ungaro, Christian les mains expertes de l’atelier. Agnelle cristallisation de savoir faire et de créativité, résonne et fusionne alors avec le luxe. Parallèlement, elle ouvre le marché et propose, avec bon sens, une collection plus accessible.













sophie.jpg

Sophie Grégoire, fille de Josie, fait ses classes, dès 1986, au sein de la maison. Intuitive, éprise d’équité et de respect, et tout aussi audacieuse.

En maintenant les gestes ancestraux qui transcendent les commandes spéciales des maisons de luxe par leur délicatesseet leur réactivité, Sophie Grégoire crée en 1988 un atelier aux Philippines. Tout les artisans de cet atelier sont formés par de artisans de Saint Junien.

Parfait complément à l’activité de l’atelier de Saint-Junien, tous les cuirs d’exellence viennent de mégissieries françaises.
Cédée en 1999, au leader américain du gant, Well Lamont, la ganterie Agnelle est rachetée de justesse par Sophie Grégoire en 2001.
Son obsession : cultiver un savoir-faire de la ganterie pour s’adapter à la mode, aux nouvelles matières technologiques et développer sa propore marque Agnelle.

Son écharnement est récompensé : 2010, Prix Veuve Cliquot de la Femme d’Affaire,
2011, Insignes de chevalier dans l’Ordre National de la Légion d’Honneur,
2012, Grand prix KBL Richelieu de l’Entrepreneur de Valeurs